• Quelles perspectives pour les marchés automobiles ?
Étude:

Quelles perspectives pour les marchés automobiles ?

29/04/22

Depuis la mi-2021, les pénuries de composants électroniques freinent la reprise des marchés automobiles, une reprise qui aurait dû logiquement succéder au repli très marqué de 2020 lié à la crise Covid. En France, les immatriculations neuves n’ont progressé que de 0,5% en 2021 après s’être effondrées de 25% en 2020. L’impact des pénuries est encore très visible au 1er trimestre 2022 : -17,5% en voitures particulières et -24% en véhicules utilitaires légers. Le paradoxe est que les constructeurs automobiles ont accumulé pendant tout ce temps des commandes et que les carnets à livrer sont très conséquents.


Même si de moindres tensions sur les pénuries de composants électroniques sont attendues à partir du second semestre 2022, la situation va demeurer globalement très contraignante et les perturbations des chaînes d’approvisionnement continueront de retarder les livraisons. Pour certaines marques automobiles, principalement allemandes, les pénuries vont même s’accentuer concernant les approvisionnements initialement réalisés en Ukraine ou en Russie.


Le marché automobile français risque fort dans ce contexte d’afficher en 2022 une 3ème année consécutive à très bas niveau.

D’autant que les pénuries ne sont pas le seul facteur limitant la reprise. Le marché des Particuliers est bien plus morose que celui des Entreprises. Car les ménages achètent bien plus volontiers des occasions que des automobiles neuves. Même si l’offre de VO de moins de 2 ans est sensiblement plus réduite qu’avant la crise Covid, il y a de nombreux véhicules plus âgés, moins chers et compatibles avec les contraintes des Zones à faibles émissions.


Les particuliers qui achètent des véhicules neufs font quant à eux la part belle aux motorisations alternatives et ont quasiment abandonné le diesel. Leur bascule vers les alternatives est même pour l’heure plus rapide que celle des entreprises. La flambée des prix des carburants est susceptible d’avoir un effet accélérateur sur cette bascule, y compris sur des marchés de niche mais en forte croissance, à l’instar de l’éthanol.


Les particuliers font aussi évoluer la façon dont ils financent leur automobile : de nouvelles tendances se confirment ou émergent, notamment concernant les motorisations alternatives. L’innovation dans le financement automobile est d’autant plus importante que l’inflation de 2022 va peser lourdement sur le pouvoir d’achat. Afin de partager notre vision des enjeux du secteur, nos analyses et nos perspectives chiffrées des marchés automobiles, voitures et utilitaires, n’hésitez pas à vous renseigner sur les modalités d’adhésion à l’Observatoire Mobilités et Véhicules Légers de BDO Advisory, dont la première session annuelle s’est tenue en avril.